VENDREDI 10 AVRIL 2020

Vendredi Saint – Année A / couleur : rouge

 

CHEMIN DE CROIX

  Depuis toujours les chrétiens célèbrent la mémoire de la passion et de la résurrection du Christ dans l’attente de sa venue définitive.
 Tout particulièrement, durant le temps du carême, la méditation du Chemin de croix continue d’ancrer notre prière dans cet événement fondateur.
 Cet ancrage aide à rendre grâce et intercéder pour le salut du monde, en toutes circonstances.

 Jamais comme en cette semaine sainte 2020 nous n’avons aussi bien compris le sens des paroles de la Prière eucharistique : « Regarde, Seigneur, le sacrifice de ton Église, et daigne y reconnaître celui de ton Fils qui nous a rétablis dans ton alliance ». Oui nous associons notre passion à celle de Jésus qui la porte avec nous. Notre passion c’est la souffrance de l’humanité qui lutte contre un virus qui peut donner la mort. L’épidémie que nous traversons a révélé notre fragilité et aussi notre belle capacité de nous montrer solidaires –solidaires dans l’épreuve comme dans l’espérance.

 Nous prierons donc confinés chez nous, seuls ou avec nos tout proches, en union avec les chrétiens du monde et en intercession pour tous les hommes. Le chemin de croix de Jésus, dans lequel nous reconnaissons le nôtre, nous recentre sur le mystère de notre condition humaine. Il nous fait passer avec Jésus de la mort à la vie.

 Ayons devant les yeux les scènes de chacune des stations du chemin de croix. Tâchons d’intérioriser ces étapes qui nous conduisent au paroxysme de l’abandon pour déboucher dans l’émerveillement du tombeau vide.

 

 Chacun saura créer les conditions afin que la prière se déroule dans un climat de paix et dans un lieu préparé : une croix ou un crucifix, des bougies, une icône ou une représentation de la Crucifixion.
 Comme il n’est pas possible de se déplacer, on peut prévoir 14 bougies que l’on
illuminera à chaque station.

 

  Pour cette occasion, ce chemin de croix est illustré avec les stations de notre église Notre Dame de la Médaille Miraculeuse qui vient de le recevoir !

 

***

Les images qui suivent sont libre de droit pour tout usage privé ou non commercial; sinon l'autorisation de l'auteur est indispensable.

 

(création Odile Bourgoin)

Ouverture Liturgique :
Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ! Amen !

La passion des Jésus est unique. C’est celle du Fils de Dieu qui s’est abaissé jusque-là. C’est la mise à mort de l’Auteur de la Vie. C’est le comble du péché et le salut des pécheurs.

Mais, en même temps, la passion de Jésus est celle de tout homme, de toute femme qui souffre injustement, obscurément. « Ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

La croix ne dit pas l’absence du Père, mais en révèle son infinie présence à notre monde dans le souffle de l’Esprit de force et de réconfort.

 

En méditant le chemin de croix, nous contemplons le Père, qui livre son Fils dans l’Esprit de leur amour.

En priant le récit de la passion, nous nous unissons au Fils qui se remet dans les mains de son Père.

En suivant le Christ dans sa passion, nous nous tenons, avec toute l’Église, en attente de la plénitude de la manifestation de sa Résurrection.

 

Dans la confiance, suivons le Christ qui nous invite à passer avec lui, de la mort à la vie !

STATION 1 : JÉSUS EST CONDAMNE A MORT

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Jn 19, 1-2 :

« Alors Pilate ordonna d'emmener Jésus pour le flageller. Les soldats tressèrent une couronne avec des épines, et la lui mirent sur la tête ; puis ils le revêtirent d'un manteau de pourpre. Ils s'avançaient vers lui et ils disaient : “ Honneur à toi, roi des Juifs ! ” Et ils le giflaient ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

 

On sait dans quelles conditions Jésus a été arrêté. Accusé d’avoir enfreint la Loi, de « s’être fait fils de Dieu » (Jn 19, 7), il est livré en une chaîne de trahisons et de mensonges : Pierre l’a renié, Judas l’a livré, les grands-prêtres l’ont condamné, Pilate l’abandonne aux autorités du Temple.

 

Seigneur lorsque le mal invisible du virus nous assaille, nous nous sentons condamnés sans raison. Est-ce toi qui nous punis ? Non. Pas plus que tu n’as livré ton propre Fils. Mais tu l’as laissé entre les mains des pécheurs. Nous-mêmes nous savons que tu es le Dieu de la vie. Nous savons aussi que notre existence en ce monde est précaire, à la merci de nos conditionnements physiques et sociaux. Tu ne nous condamnes pas, mais tu nous remets debout. Aide-nous à vivre ce temps d’épreuve dans la sérénité.

 

Notre Père…

STATION 2 : JÉSUS EST CHARGE DE SA CROIX

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Jn 19, 17 :

« Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu-dit Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

 

Jésus a été condamné au supplice infâme de la croix, réservé aux esclaves révoltés contre Rome. Il porte la traverse de la croix, poutre lourde qui abime son épaule, comme en témoigne le Suaire de Turin. Il est silencieux. Son chemin de croix ne fait que commencer. Il vient de connaître la flagellation, le couronnement d’épines, tous les raffinements de cruauté dont les humains sont capables. Le pire c’est la vocifération d’une foule manipulée qui l’insulte, lui qui ne lui a fait que du bien.

 

Portons dans notre prière les personnes connues ou inconnues qui ont le sentiment d’entrer dans un tunnel dont elles ne sortiront plus. La maladie est une atteinte terrible à notre intégrité physique. La solitude est quelquefois encore plus difficile à supporter. Prions pour ceux qui se sentent abandonnés. Tâchons de leur manifester notre proximité et notre attention.

 

Notre Père…

 

STATION 3 : JÉSUS TOMBE POUR LA PREMIÈRE FOIS

 

R/ Nous chantons la croix du Seigneur, qui se dresse sur l’univers,

comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu

Is 53, 4-5 :

« C’étaient nos souffrances qu'il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu'il était châtié, frappé par Dieu, humilié. Or, c'est à cause de nos fautes qu'il a été transpercé, c'est par nos péchés qu'il a été broyé ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Le prophète annonce Jésus qui réalise la figure du Serviteur souffrant. Tombant à terre, Jésus est écrasé par le poids de nos péchés, de notre indifférence, de nos prétentions. Il se relèvera. Il ira jusqu’au bout.

 

Nous voyons tant de personnes accablées par les aléas de la vie, rejetées par les autres, oubliées dans leur solitude, maintenant aux prises avec le virus qui dévaste la planète. Beaucoup n’ont pas la force de se relever. Un peu de proximité et de cœur rend courage. Nos malades ne souffrent pas tant dans leur corps que dans leur cœur lorsqu’ils se sentent abandonnés. Ne soyons jamais la cause, même partielle, de leur découragement.

 

Notre Père… 

STATION 4 : JÉSUS RENCONTRE SA MÈRE

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Lc 2, 35. :

Le vieillard Syméon avait prédit à Marie que Jésus serait « un signe contesté » en Israël, « et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Marie accompagne son fils sur le chemin de croix. Elle croise le regard de Jésus. En cet instant elle est déjà la figure de l’Eglise qui souffre avec le Christ. La mère est la personne au monde qui sait le plus profondément compatir à la souffrance d’un fils.

 

Dans les épreuves que nous traversons, il est bon que nous puissions croiser un regard compatissant. Nous avons besoin de recevoir de l’empathie ; il faut aussi savoir en donner. Chacun a des ressources spirituelles à partager. C’est le moment de manifester que nous traversons tous une même épreuve, d’un bout du monde à l’autre.

 

Je vous salue, Marie… 

STATION 5 : SIMON DE CYRÈNE

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Lc 23, 26-27 :

« Pendant qu'ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu'il la porte derrière Jésus. Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. »

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

 

La figure de Simon de Cyrène est une consolation pour Jésus sur le chemin du calvaire. Enfin un être compatissant, un soutien, un humain au milieu de tant d’inhumanité. Jésus trouve des appuis dans le peuple. Soyons celui ou celle qui apporte un soulagement aux personnes en détresse.

 

Associons à notre prière les personnels de santé qui se dépensent sans compter au service des malades du coronavirus. Remercions Dieu pour l’extraordinaire solidarité organisée et spontanée qui se manifeste autour de nous. Nous exprimons notre gratitude aux personnels soignants, à toutes les offres de service qui se manifestent autour de nous pour faire face à ce défi.

 

Notre Père…

 

 

STATION 6 : VÉRONIQUE ESSUIE LA SAINTE FACE DE JÉSUS

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Ap 21, 3-4. :

Le voyant de l’Apocalypse annonce le temps de la consolation Dieu avec eux sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur »

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

 

Cette femme de Jérusalem qui essuie le visage de Jésus recevra le nom de Véronique - « vraie icone » - car les traits de Jésus sont restés imprimés sur le linge. Son geste de solidarité avec Jésus fait d’elle l’expression de notre humanité capable d’amour au cœur même de la souffrance.

 

Avons-nous réfléchi au geste qui soulagera un proche : un coup de téléphone, un sms, un mail. Nos moyens de communication permettent de maintenir le contact alors même que nous sommes éloignés les uns des autres.

 

Notre Père… 

STATION 7 : JÉSUS TOMBE POUR LA DEUXIÈME FOIS

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Évangile selon Saint Matthieu (11, 28)

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. »

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

« Tomber » est souvent une expression du péché, comme « tomber en tentation, tomber dans le malheur »… « Priez pour ne pas entrer en tentation » avait dit Jésus aux disciples au Mont des oliviers (Lc 22, 40). Jésus tombe sous le poids de la croix, solidaire des pécheurs.

 

Ne nous résignons jamais à la chute. Toute notre foi consiste à nous accrocher à Celui qui est venu pour nous relever. Jésus chargé de nos péchés tombe à terre pour que nous pécheurs soyons par lui remis debout et libérés.

 

Notre Père…

STATION 8 : JÉSUS PARLE AUX FEMMES QUI LE SUIVENT

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Lc 23, 27-28 :

« Il était suivi d’une grande multitude du peuple, entre autres de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Jésus se tourna vers elles et leur dit : ‘Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants’ ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Jésus le condamné trouve l’énergie pour s’inquiéter des personnes qui l’entourent à ce moment-là. L’amour du prochain consiste à se déprendre de soi-même pour se préoccuper des autres. Jésus montre encore une fois qu’il nous « a aimé jusqu’à l’extrême » (Jn 13, 1). En ce temps de désarroi, cherchons à consoler les personnes qui perdent pied dans leur isolement forcé, le manque de relations, les incertitudes du lendemain.  

 

 

Silence

 

Notre Père...

STATION 9 : JÉSUS TOMBE POUR LA TROISIÈME FOIS

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Mt 11, 28-30 :

Jésus avait dit : « venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos… Mon joug est facile à porter et mon fardeau léger ».

 

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

En voyant Jésus subir une troisième chute, nous nous souvenons qu’il est venu se charger du fardeau de nos vies. Le fardeau qu’il nous impose : une vie d’amour de Dieu et du prochain est un fardeau léger qui nous grandit. Le fardeau dont nous avons chargé Jésus est celui de nos méchancetés et de nos infidélités. Lui tombe. Grâce à lui, nous, nous nous relèverons. Nos efforts pastoraux pour rapprocher le Christ de nos contemporains ont souvent l’aspect d’un échec.

 

Seigneur, ne nous laisse pas céder au découragement.

 

Notre Père…

STATION 10 : JÉSUS EST DÉPOUILLE DE SES VÊTEMENTS

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Ph 2, 6-7 :

« Lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Jésus dépouillé de ses vêtements, comble de l’humiliation. Voilà jusqu’où va la kénose, le mouvement de don de soi qui est aussi dépossession de soi. Jésus a abandonné la gloire de sa condition divine pour que notre condition humaine ne finisse pas dans le néant. Dans son abaissement qui va jusqu’à la mort sur la croix, Jésus prend le contrepied d’Adam qui croyait se faire l’égal de Dieu. Les hommes tournent en dérision celui qui les sauve de leur aveuglement.

 

Pensons à toutes les victimes d’injustices données en pâture à la vindicte populaire.

 

Notre Père… 

STATION 11 : JÉSUS EST CLOUE SUR LA CROIX

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Jn 19, 18-19 :

« C’est là (au Golgotha) qu’ils le crucifièrent ainsi que deux autres, un de chaque côté et, au milieu Jésus. Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix : il portait cette inscription : ‘Jésus, le Nazaréen, le roi des Juifs ‘ ».

 

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

La mécanique du système pénal romain se déroule. Elle a ses exécutants et ses ordonnateurs. Jésus est crucifié : une routine pour les bourreaux. Savent-ils « qu’ils ont crucifié le Seigneur de gloire » (1 Co 2, 8) ?

 

Prions pour les chrétiens persécutés à cause de leur foi. Prions pour tous les hommes discriminés à cause de leur appartenance ethnique ou religieuse. Pensons à ceux qui subissent des condamnations sans fondement et des mauvais traitements dans les prisons.

 

Notre Père…

STATION 12 : JÉSUS MEURT SUR LA CROIX

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Évangile selon Saint Luc (23, 44-46)

« Il était déjà presque midi ; l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures, car le soleil s’était caché. Le rideau du Temple se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. »

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Voici les sept paroles de Jésus en croix :

1. Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font (Lc 23,34)

2. En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis (Lc 23,43) adressée à un des deux malfaiteurs.

3. Femme, voici ton fils. Et à Jean : Voici ta mère (Jn 19,26–27)

4. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Mc 15,34 et Mt 27,46)

5. J’ai soif (Jn 19,28)

6. Tout est achevé (Jn 19,30)

7. Père, entre tes mains je remets mon esprit (Lc 23,46).

 

Méditons en silence devant Jésus mort sur la croix. Saint Paul disait : « Nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens, mais pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, il est Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu » (1 Co 1, 23-24).

 

Notre Père… 

STATION 13 : JÉSUS EST DESCENDU DE LA CROIX

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Jn 19, 25 :

« Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la soeur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : “ Femme, voici ton fils. ” Puis il dit au disciple : “ Voici ta mère. ” Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. » Jn 19, 34 : « Un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l'eau ».

 

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Du sacrifice de la croix jaillit l’Église que nous formons. L’eau et le sang : le baptême et l’eucharistie. Le disciple bien-aimé, figure de l’Église, prend la place du fils. Marie devient mère de l’Église pour l’enfanter sans cesse dans la fidélité au Seigneur. Dans les épreuves que nous traversons, tenons au pied de la croix de Jésus pour être affermis dans notre foi et continuer la route en disciples fidèles conduits par Marie.

 

Écoutons encore saint Pierre : « Dans son corps, il a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions mourir à nos péchés et vivre dans la justice : c'est par ses blessures que vous avez été guéris. Vous étiez errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes revenus vers le berger qui veille sur vous ». (1P 2, 23-24).

 

Notre Père… 

STATION 14 : JÉSUS EST MIS AU TOMBEAU

 

R/ Nous t’adorons, ô Christ et nous Te bénissons

Car Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix

Jn 19, 38-42 :

« Après cela, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus… Ils prirent le corps de Jésus, et ils l'enveloppèrent d'un linceul, en employant les aromates selon la manière juive d'ensevelir les morts. Près du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n'avait encore mis personne… C'est là qu'ils déposèrent Jésus ».

 

Silence (pendant ce temps, on allume une bougie)

 

Le mystère du samedi saint, c’est la descente de Jésus au séjour des morts pour en délivrer tous les captifs, l’humanité des justes morts avant lui depuis Adam. « C’est alors qu’il est allé prêcher même aux esprits en prison, aux rebelles d’autrefois » (1 P 3, 19).

 

Nous pensons aux victimes de l’épidémie enterrées sans cérémonie ou incinérées d’office. Qu’elles soient au moins accompagnées de notre pensée et de notre prière. Nous pensons à tous ceux qui meurent sans entendre une parole d’espérance, pour ceux qui ne croient pas en la vie éternelle. Pour tous Jésus est mort pour ressusciter avec tous. Ayons confiance en la miséricorde de Dieu.

 

Notre Père…