Jeudi 09 Avril 2020

Jeudi Saint – Année A / couleur : blanc

 

DÉROULÉ

DÉCORATION DU JARDIN PASCAL :

 

- Devant le tombeau, vous mettez de la verdure, des petites plantes (si possible aromatiques) …

 

- Vous décorez la table avec une nappe en tissus blanc un morceau de pain et un verre. Vous n’oubliez pas de dessinez une petite bassine pour le lavement des pieds (vous pouvez aussi déposer un dessin du dernier repas de Jésus)...

 

- En famille, vous mettez un beau couvert pour fêter le Sacerdoce et l’institution de l’Eucharistie.

 

- Vous chantez un beau bénédicité. Vous partagerez le pain que vous aurez confectionné dans la journée (voir recette en bas de page).

 

- Partagez vos créations en photos (coin prière, jardin de Pâques, dessins) sur notredamedesvarennes@gmail.com - en envoyant vos cliché, vous acceptez leur diffusion sur le site

 

ENTREE DANS LE TEMPS DE PRIERE :

 

-Signe de Croix

 

- Faire mémoire : « Pourquoi cette nuit est-elle différente de toutes les autres nuits ? »

Cela fait quelques jours déjà que Jésus est entré dans Jérusalem, accueilli comme le Roi, le Messie que le peuple Juif attend, celui qui viendra les libérer, des Romains, de l’injustice. Justement, c’est une libération que le peuple s’apprête à fêter : le passage de la Mer Rouge, il y a bien longtemps, à la suite de Moïse, mais surtout par la main du Seigneur lui-même ! Jésus est souvent au Temple, sa parole plus que jamais bouscule les certitudes, les habitudes, les rôles et les intérêts de chacun. Jérusalem grouille de monde, c’est l’effervescence, on se prépare à sacrifier les agneaux de la Pâques pour célébrer la grande fête autour d’un repas, un repas du soir : la Cène (cena en latin signifie dîner, repas du soir). Le Christ Jésus est là, avec ses disciples les plus proches, pour ce repas qui est certes le dernier pris avec les apôtres, mais qui surtout ouvre à une incroyable nouveauté pour le monde, pour chacun d’entre nous. Ce n’est pas un repas d’adieu, c’est le moment du mémorial, de l’exemple, du don librement et pleinement consenti de sa vie qui va nous remettre debout dans notre relation au Père, cette relation défigurée par le péché, la méfiance envers celui qui nous créée, nous désire libres, vivants. Deux actions inédites vont nous être données au crépuscule de cette nuit unique : l’institution de l’Eucharistie et le Lavement des pieds. Dehors, le piège de la haine semble se refermer sur Jésus. Lui, par l’offrande de qui il est, est en train de transformer ce piège en une porte qui ouvre à notre totale libération.

 

Laissons-nous éveiller au mystère du don total…

- Chants: « Ubi Caritas » (Taizé)

 

Là où sont la charité et l'amour,

 Là où est la charité, là est Dieu.

 

- Lecture de la Parole de Dieu :

 

PREMIÈRE LECTURE

Prescriptions concernant le repas pascal (Ex 12, 1-8.11-14)

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, dans le pays d’Égypte,
le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron :
« Ce mois-ci
sera pour vous le premier des mois,
il marquera pour vous le commencement de l’année.
Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël :
le dix de ce mois,
que l’on prenne un agneau par famille,
un agneau par maison.
Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau,
elle le prendra avec son voisin le plus proche,
selon le nombre des personnes.
Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger.
Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année.
Vous prendrez un agneau ou un chevreau.
Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois.
Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël,
on l’immolera au coucher du soleil.
On prendra du sang,
que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau
des maisons où on le mangera.
On mangera sa chair cette nuit-là,
on la mangera rôtie au feu,
avec des pains sans levain et des herbes amères.
Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins,
les sandales aux pieds,
le bâton à la main.
Vous mangerez en toute hâte :
c’est la Pâque du Seigneur.
Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ;
je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte,
depuis les hommes jusqu’au bétail.
Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements :
Je suis le Seigneur.
Le sang sera pour vous un signe,
sur les maisons où vous serez.
Je verrai le sang, et je passerai :
vous ne serez pas atteints par le fléau
dont je frapperai le pays d’Égypte.

Ce jour-là
sera pour vous un mémorial.
Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage.
C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME

115 (116b)

R/ La coupe de bénédiction est communion au sang du Christ.

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

DEUXIÈME LECTURE

« Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur » (1 Co 11, 23-26)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur,
et je vous l’ai transmis :
la nuit où il était livré,
le Seigneur Jésus prit du pain,
puis, ayant rendu grâce,
il le rompit, et dit :
« Ceci est mon corps, qui est pour vous.
Faites cela en mémoire de moi. »
Après le repas, il fit de même avec la coupe,
en disant :
« Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang.
Chaque fois que vous en boirez,
faites cela en mémoire de moi. »

Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain
et que vous buvez cette coupe,
vous proclamez la mort du Seigneur,
jusqu’à ce qu’il vienne.

– Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Il les aima jusqu’au bout » (Jn 13, 1-15)

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
Je vous donne un commandement nouveau,
dit le Seigneur :
« Aimez-vous les uns les autres
comme je vous ai aimés. »
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! (cf. Jn 13, 34)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Avant la fête de la Pâque,
sachant que l’heure était venue pour lui
de passer de ce monde à son Père,
Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde,
les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas,
alors que le diable
a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote,
l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains,
qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,
se lève de table, dépose son vêtement,
et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin.
Alors il se mit à laver les pieds des disciples
et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre,
qui lui dit :
« C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit :
« Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ;
plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit :
« Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! »
Jésus lui répondit :
« Si je ne te lave pas,
tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre
lui dit :
« Alors, Seigneur, pas seulement les pieds,
mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit :
« Quand on vient de prendre un bain,
on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds :
on est pur tout entier.
Vous-mêmes,
vous êtes purs,
mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ;
et c’est pourquoi il disait :
« Vous n’êtes pas tous purs. »

Quand il leur eut lavé les pieds,
il reprit son vêtement, se remit à table
et leur dit :
« Comprenez-vous
ce que je viens de faire pour vous ?
Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”,
et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître,
je vous ai lavé les pieds,
vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C’est un exemple que je vous ai donné
afin que vous fassiez, vous aussi,
comme j’ai fait pour vous. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Lavement des pieds », Arcabas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La sainte Cène », Arcabas

huile sur toile


- Temps de louange et d’intercession :

 

Chacun exprime ses intentions de prière ou ses actions de grâce. C’est le moment de prendre le carnet dans lequel chacun lors de la semaine aura noté ses intentions, les noms de toutes les personnes à porter dans nos prières mais aussi ce qui nous est donné de vivre de beau, de bien dans cette période particulière.

 

- Prière du Notre-Père

 

- Chant : Venez approchons nous de la table du Christ « Venez approchons nous de la Table du Christ » (Cté Emmanuel)

 

Nous pouvons relancer la vidéo, reprendre les paroles du chant et le dessin du diptyque du repas pour aller le déposer dans le décor...

>  Préparer les éléments d'une table de fête (nappe, lumière, service de table, fleurs, ...) et ceux rappels de la cène (pain, vin, ...) qui resteront présent tout au long du repas voir plus longtemps dresser la table dans le même état d'esprit comme on dresse l'autel, avec joie, ferveur et solennité comme quelque chose de précieux et de grand.

 

Notre Dieu s'est fait homme pour que l'homme soit Dieu,

Mystère inépuisable, fontaine du Salut.

Quand Dieu dresse la table, Il convie ses amis,

Pour que sa vie divine soit aussi notre vie!

 

Le Seigneur nous convoque par le feu de l'Esprit

Au banquet de ses noces célébrées dans la joie.

Nous sommes son Église, l'Épouse qu'il choisit,

Pour vivre son alliance et partager sa vie.

 

Merveille des merveilles, miracle de ce jour!

Pour nous Dieu s'abandonne en cette Eucharistie.

Chassons toute indolence, le Christ est parmi nous,

Accueillons sa présence et offrons-nous à lui.

 

Dieu se fait nourriture pour demeurer en nous,

Il se fait vulnérable et nous attire à lui.

Mystère d'indigence d'un Dieu qui s'humilie

Pour que sa créature soit transformée en lui.

 

Il frappe à notre porte le Seigneur Tout-Puissant,

Il attend humble et pauvre, mendiant de notre amour.

Dénué d'arrogance, sous l'aspect de ce pain

Il se donne en offrande pour demeurer en nous.

 

Que nos cœurs reconnaissent en ce pain et ce vin

L'Unique nécessaire qui surpasse tout bien.

Ce que nos yeux contemplent, sans beauté ni éclat,

C'est l'Amour qui s'abaisse et nous élève à lui.

 

 

Autour de la table familiale, nous pouvons maintenons partager le pain fabriqué et se le passer en signe de fraternité, en disant ensemble cette prière :

Seigneur, comme tu as partagé le pain avec tes disciples,

Donne-nous aujourd’hui notre pain, le pain de la Vie, le pain de ta Vie,

Amen.

 

 

Recette du pain :

 

Ingrédients (pain classique) :

-500 gr de farine boulangère pour pain

-300 ml d’eau tiède

-1,5 cuillère à café de sel

-2 sachets de levure boulangère.

 

Bien mélanger la farine et le sel dans un récipient. Ajouter les 2 sachets de levure. Verser lentement l’eau tiède sur la farine, pétrir d’abord avec une cuillère en bois ensuite avec les mains jusqu’à obtenir une pâte homogène et élastique.

Laisser reposer la pâte à température ambiante 30 minutes.

Modeler de petites boules en forme de pain.

Laisser reposer à nouveau 45 minutes. Entailler les petits pains sur le dessus avec un couteau.

 

Dans un four bien chaud (préchauffé à 240 °ou thermostat 8), placer un petit bol d’eau (cela aide pour la formation de la croûte) et mettre à cuire les pains pendant 20 à 25 minutes.

 

Ingrédients (pain sans levain) : Découvrez la fête des pains sans levain !

- 350 g de farine

- 1 cuillerée à café de sel

- 1 verre d’eau

- 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive

 

Mélangez les ingrédients, avec en dernier, l’huile d’olive qui évoque l’Esprit Saint.

Confectionnez une galette et déposez-là sur une plaque huilée ou un moule beurré.

Avant d’enfourner à180°, aspergez là avec quelques gouttes d’eau pour éviter qu’elle ne durcisse. Et laissez cuire 45 minutes.

 

Pour le repas de la Pâque, je remplace l’agneau (qui attendra le jour de Pâques) par un œuf (cuit dur) qui rappelle la vie et l’espérance de Pâques. Pour les herbes amères, à défaut de salicorne, il y a les endives par exemple.

 

Une belle table, avec nappe et fleurs, une bénédiction du repas… et la lecture du livre de l’Exode (chapitre 12) et de l’Évangile de Jean (chapitre 13) pendant le dîner. Bon appétit ! 

 

Livre de l’Exode, 12

01 Dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron :

03 Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison.

08 On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères.

11 Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur.

 

Évangile de Jean,13

01 Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

14 Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.

 

Livre de l’Apocalypse, 3

20 Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.

 

 

 

- Reproduire le geste du lavement des pieds

(ou tout autre signe de service humble et sincère).

 

 

6 - Jeudi Saint.pdf
Document Adobe Acrobat 410.1 KB