Samedi 03 Avril 2021

Vigile Pascale – Année B / couleur : blanc

 

 

Messe à 16h00

en l'église Notre Dame de la Médaille

 

 

DÉROULÉ DE LA MESSE

OUVERTURE

La procession remonte l’allée centrale...

cierge pascal, encens, servants d’autel…

 

Prêtre (ou diacre) : « Lumière du Christ »

Assemblée : « Nous rendons grâce à Dieu »

(3 fois pendant la procession)

 

Annonce de la Pâque

R/ Nous te louons, splendeur du Père, Jésus, Fils de Dieu !

 

1. Qu’éclate dans le Ciel la joie des anges,

    Qu’éclate de partout la joie du monde,

    Qu’éclate dans l’Église la joie des fils de Dieu !

   

     La Lumière éclaire l’Église,

     La Lumière éclaire la terre ;

     Peuples, chantez ! / R

 

2. Voici pour tous les temps l’unique Pâque,

    Voici pour Israël le grand passage,

    Voici la longue marche vers la terre de liberté

 

    Ta lumière éclaire la route,

    Dans la nuit ton peuple s’avance,

    Libre, vainqueur. / R

 

3. Voici maintenant la Victoire,

    Voici la liberté pour tous les peuples,

    Le Christ ressuscité triomphe de la mort

 

    Ô nuit qui nous rend la lumière,

    Ô nuit qui vit dans sa Gloire

    Le Christ Seigneur ! / R

 

4. Amour infini de notre Père,

    Suprême témoignage de tendresse,

    Pour libérer l’esclave, tu as livré le Fils !

 

    Bienheureuse faute de l’homme,

   Qui valut au monde en détresse

   Le seul Sauveur ! / R

 

5. Victoire qui rassemble ciel et terre,

    Victoire où Dieu se donne un nouveau peuple,

    Victoire de l’Amour ; victoire de la Vie !

 

    Ô Père, accueille la flamme

    Qui vers toi s’élève en offrande,

    Feu de nos cœurs ! / R

 

6. Que brille devant Toi cette lumière :

    Demain se lèvera l’aube nouvelle

    D’un monde rajeuni dans la Pâque de ton Fils !

 

    Et que règnent la Paix, la Justice et l’Amour,

    Et que passent tous les hommes

    De cette terre à ta grande maison,

    Par Jésus Christ ! / R

 

PREMIÈRE LECTURE

« Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon » (Gn 1, 1 – 2, 2)

Lecture du livre de la Genèse

Au commencement,
Dieu créa le ciel et la terre.
La terre était informe et vide,
les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme
et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux.

Dieu dit :
« Que la lumière soit. »
Et la lumière fut.
Dieu vit que la lumière était bonne,
et Dieu sépara la lumière des ténèbres.
Dieu appela la lumière « jour »,
il appela les ténèbres « nuit ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
premier jour.

Et Dieu dit :
« Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux,
et qu’il sépare les eaux. »
Dieu fit le firmament,
il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament
et les eaux qui sont au-dessus.
Et ce fut ainsi.
Dieu appela le firmament « ciel ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
deuxième jour.

Et Dieu dit :
« Les eaux qui sont au-dessous du ciel,
qu’elles se rassemblent en un seul lieu,
et que paraisse la terre ferme. »
Et ce fut ainsi.
Dieu appela la terre ferme « terre »,
et il appela la masse des eaux « mer ».
Et Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit :
« Que la terre produise l’herbe,
la plante qui porte sa semence,
et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne,
selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence. »
Et ce fut ainsi.
La terre produisit l’herbe,
la plante qui porte sa semence, selon son espèce,
et l’arbre qui donne, selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence.
Et Dieu vit que cela était bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
troisième jour.

Et Dieu dit :
« Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel,
pour séparer le jour de la nuit ;
qu’ils servent de signes
pour marquer les fêtes, les jours et les années ;
et qu’ils soient, au firmament du ciel,
des luminaires pour éclairer la terre. »
Et ce fut ainsi.
Dieu fit les deux grands luminaires :
le plus grand pour commander au jour,
le plus petit pour commander à la nuit ;
il fit aussi les étoiles.
Dieu les plaça au firmament du ciel
pour éclairer la terre,
pour commander au jour et à la nuit,
pour séparer la lumière des ténèbres.
Et Dieu vit que cela était bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
quatrième jour.

Et Dieu dit :
« Que les eaux foisonnent
d’une profusion d’êtres vivants,
et que les oiseaux volent au-dessus
de la terre,
sous le firmament du ciel. »
Dieu créa, selon leur espèce,
les grands monstres marins,
tous les êtres vivants qui vont et viennent
et foisonnent dans les eaux,
et aussi, selon leur espèce,
tous les oiseaux qui volent.
Et Dieu vit que cela était bon.
Dieu les bénit par ces paroles :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez les mers,
que les oiseaux se multiplient sur la terre. »
Il y eut un soir, il y eut un matin :
cinquième jour.

Et Dieu dit :
« Que la terre produise des êtres vivants
selon leur espèce,
bestiaux, bestioles et bêtes sauvages
selon leur espèce. »
Et ce fut ainsi.
Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce,
les bestiaux selon leur espèce,
et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce.
Et Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit :
« Faisons l’homme à notre image,
selon notre ressemblance.
Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages,
et de toutes les bestioles
qui vont et viennent sur la terre. »
Dieu créa l’homme à son image,
à l’image de Dieu il le créa,
il les créa homme et femme.
Dieu les bénit et leur dit :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez la terre et soumettez-la.
Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »
Dieu dit encore :
« Je vous donne toute plante qui porte sa semence
sur toute la surface de la terre,
et tout arbre dont le fruit porte sa semence :
telle sera votre nourriture.
À tous les animaux de la terre,
à tous les oiseaux du ciel,
à tout ce qui va et vient sur la terre
et qui a souffle de vie,
je donne comme nourriture toute herbe verte. »
Et ce fut ainsi.
Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ;
et voici : cela était très bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
sixième jour.

Ainsi furent achevés le ciel et la terre,
et tout leur déploiement.
Le septième jour,
Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite.
Il se reposa, le septième jour,
de toute l’œuvre qu’il avait faite.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

103 (104)

R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Tu as donné son assise à la terre :
qu’elle reste inébranlable au cours des temps.
Tu l’as vêtue de l’abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes.

Dans les ravins tu fais jaillir des sources
et l’eau chemine aux creux des montagnes.
les oiseaux séjournent près d’elle :
dans le feuillage on entend leurs cris.

De tes demeures tu abreuves les montagnes,
et la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
et les champs pour l’homme qui travaille.

Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
Tout cela, ta sagesse l’a fait ;
la terre s’emplit de tes biens.
Bénis le Seigneur, ô mon âme !

 

DEUXIÈME LECTURE

« Les fils d'Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer » (Ex 14, 15 - 15, 1A) 

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,
le Seigneur dit à Moïse :
« Pourquoi crier vers moi ?
Ordonne aux fils d’Israël de se mettre en route !
Toi, lève ton bâton, étends le bras sur la mer,
fends-la en deux,
et que les fils d’Israël entrent au milieu de la mer à pied sec.
Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent :
ils y entreront derrière eux ;
je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée,
de ses chars et de ses guerriers.
Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur,
quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon,
de ses chars et de ses guerriers. »
L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël,
se déplaça et marcha à l’arrière.
La colonne de nuée se déplaça depuis l’avant-garde
et vint se tenir à l’arrière,
entre le camp des Égyptiens et le camp d’Israël.
Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit,
si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer.
Moïse étendit le bras sur la mer.
Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ;
il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent.
Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec,
les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
Les Égyptiens les poursuivirent ;
tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers
entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.

Aux dernières heures de la nuit,
le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée,
l’armée des Égyptiens,
et il la frappa de panique.
Il faussa les roues de leurs chars,
et ils eurent beaucoup de peine à les conduire.
Les Égyptiens s’écrièrent :
« Fuyons devant Israël,
car c’est le Seigneur
qui combat pour eux contre nous ! »
Le Seigneur dit à Moïse :
« Étends le bras sur la mer :
que les eaux reviennent sur les Égyptiens,
leurs chars et leurs guerriers ! »
Moïse étendit le bras sur la mer.
Au point du jour, la mer reprit sa place ;
dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent,
et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers,
toute l’armée de Pharaon
qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël.
Il n’en resta pas un seul.
Mais les fils d’Israël
avaient marché à pied sec au milieu de la mer,
les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
Ce jour-là,
le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte,
et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer.
Israël vit avec quelle main puissante
le Seigneur avait agi contre l’Égypte.
Le peuple craignit le Seigneur,
il mit sa foi dans le Seigneur
et dans son serviteur Moïse.
Alors Moïse et les fils d’Israël
chantèrent ce cantique au Seigneur :

CANTIQUE

(Ex 15, 1b, 2, 3-4, 5-6, 17-18)

 

R/ Chantons le Seigneur car il a fait éclater sa gloire.

     Il a jeté à l'eau cheval et cavalier !

 

1. Le Seigneur est ma force et c'est lui que je chante,

    C'est lui qui m'a sauvé. /R

 

2. Le Seigneur est un vaillant guerrier,

    Le Seigneur est son nom,

    Sa main écrase l'ennemi.

    Comme une pierre ils sont tombés au fond des eaux. /R

 

3. Qui est comme toi parmi les dieux, ô Seigneur ?

    Tu as soufflé de ton haleine,

    Et comme du plomb la mer les a engloutis. /R

 

4. Tu nous conduiras sur la montagne,

    Au lieu que tu habites, ô Seigneur.

   Où tu régneras dans les siècles des siècles. /R

 

 

TROISIÈME LECTURE

Dans sa miséricorde éternelle, le Seigneur, ton rédempteur a pitié de toi (Is 54, 5-14)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Parole du Seigneur adressée à Jérusalem :
Ton époux, c’est Celui qui t’a faite,
son nom est « Le Seigneur de l’univers ».
Ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël,
il s’appelle « Dieu de toute la terre ».
Oui, comme une femme abandonnée, accablée,
le Seigneur te rappelle.
Est-ce que l’on rejette la femme de sa jeunesse ?
– dit ton Dieu.
Un court instant, je t’avais abandonnée,
mais dans ma grande tendresse, je te ramènerai.
Quand ma colère a débordé,
un instant, je t’avais caché ma face.
Mais dans mon éternelle fidélité,
je te montre ma tendresse,
– dit le Seigneur, ton rédempteur.
Je ferai comme au temps de Noé,
quand j’ai juré que les eaux
ne submergeraient plus la terre :
de même, je jure de ne plus m’irriter contre toi,
et de ne plus te menacer.
Même si les montagnes s’écartaient,
si les collines s’ébranlaient,
ma fidélité ne s’écarterait pas de toi,
mon alliance de paix ne serait pas ébranlée,
– dit le Seigneur, qui te montre sa tendresse.
Jérusalem, malheureuse,
battue par la tempête, inconsolée,
voici que je vais sertir tes pierres
et poser tes fondations sur des saphirs.
Je ferai tes créneaux avec des rubis,
tes portes en cristal de roche,
et toute ton enceinte avec des pierres précieuses.
Tes fils seront tous disciples du Seigneur,
et grande sera leur paix.
Tu seras établie sur la justice :
loin de toi l’oppression,
tu n’auras plus à craindre ;
loin de toi la terreur,
elle ne t’approchera plus.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

29 (30)

R/ Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé.

 

Quand j’ai crié vers toi, Seigneur,
mon Dieu, tu m’as guéri ;
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant,
sa bonté, toute la vie.

Avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie.
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie.

Que mon cœur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour toi,
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !

 

Gloria

Gloria in excelsis Deo ! Gloria Deo Domino ! (bis)

 

Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.

Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,

Nous te glorifions, nous te rendons grâce, Pour ton immense gloire,

Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.

Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père ;

Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous ;

Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;

Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur,

Toi seul es le Très-Haut : Jésus Christ, avec le Saint-Esprit

Dans la gloire de Dieu le Père. Amen.

 

ÉPÎTRE

« Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus » (Rm 6, 3b-11)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus,
c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.
Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort,
nous avons été mis au tombeau avec lui,
c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi,
comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père,
est ressuscité d’entre les morts.
Car, si nous avons été unis à lui
par une mort qui ressemble à la sienne,
nous le serons aussi
par une résurrection qui ressemblera à la sienne.
Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous
a été fixé à la croix avec lui
pour que le corps du péché soit réduit à rien,
et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché.
Car celui qui est mort est affranchi du péché.

Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ,
nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.
Nous le savons en effet :
ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ;
la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
Car lui qui est mort,
c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ;
lui qui est vivant,
c’est pour Dieu qu’il est vivant.
De même, vous aussi,
pensez que vous êtes morts au péché,
mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

117 (118)

R/ Alléluia, alléluia, alléluia ! (bis)

1. Proclamez que le Seigneur est bon, éternel est son amour !

    Que le dise la maison d’Israël, éternel est son amour ! /R

 

3. Le Seigneur est ma force et mon chant, le Seigneur est mon salut

    Je ne mourrai pas non je vivrai, je dirai l’œuvre de Dieu /R

 

5. Oui, c’est toi mon Dieu je te rends grâce, Seigneur mon Dieu je t’exalte

    Proclamez que le Seigneur est bon, éternel est son amour /R

 

Le psaume avec alléluia sert d’acclamation avant l’Évangile :

Apporter le livre en procession à partir du fond de l’église,

avec des lumignons portés par les enfants présents.

 

 

ÉVANGILE

« Jésus de Nazareth, le Crucifié, est ressuscité » (Mc 16, 1-7)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Le sabbat terminé,
Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé
achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.
De grand matin, le premier jour de la semaine,
elles se rendent au tombeau
dès le lever du soleil.
Elles se disaient entre elles :
« Qui nous roulera la pierre
pour dégager l’entrée du tombeau ? »
Levant les yeux,
elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre,
qui était pourtant très grande.
En entrant dans le tombeau,
elles virent, assis à droite,
un jeune homme vêtu de blanc.
Elles furent saisies de frayeur.
Mais il leur dit :
« Ne soyez pas effrayées !
Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ?
Il est ressuscité : il n’est pas ici.
Voici l’endroit où on l’avait déposé.
Et maintenant,
allez dire à ses disciples et à Pierre :
“Il vous précède en Galilée.
Là vous le verrez,
comme il vous l’a dit.” »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

HOMÉLIE

Liturgie Baptismale

- Litanie des saints : CNA 478 (WL 12 bis)

 

Seigneur, prends pitié, Seigneur, prends pitié.

Ô Christ, prends pitié, Ô Christ, prends pitié.

Seigneur, prends pitié, Seigneur, prends pitié.

 

Sainte Marie, Priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, Priez pour nous.

*Sainte Vierge des Vierges, Priez pour nous.

Saint Michel et tous les anges, Priez pour nous.

Saint Jean-Baptiste, Priez pour nous.

Saint Joseph, Priez pour nous.

Saint Pierre et Saint Paul, Priez pour nous.

Saint André et Saint Jean, Priez pour nous.

Tous les Saints Apôtres, Priez pour nous.

Sainte Madeleine, Priez pour nous.

Saint Etienne et Saint Laurent, Priez pour nous.

Saint Ignace d’Antioche, Priez pour nous.

Saintes Agnès, Perpétue et Félicité, Priez pour nous.

Saint Grégoire et Saint Augustin, Priez pour nous.

Saint Athanase et Saint Basile, Priez pour nous.

Saint Martin et Saint Benoît, Priez pour nous.

Saint Dominique et Saint François, Priez pour nous.

Saint François-Xavier, Priez pour nous.

Saint Jean-Marie Vianney, Priez pour nous.

Sainte Catherine, Sainte Thérèse et sainte Virginie, Priez pour nous.

Saints et Saintes de Dieu, Priez pour nous.

 

Montre-toi favorable, Délivre-nous, Seigneur !

De tout péché et de tout mal, Délivre-nous, Seigneur !

De la mort éternelle, Délivre-nous, Seigneur !

Par ton incarnation, Délivre-nous, Seigneur !

Par ta mort et ta résurrection, Délivre-nous, Seigneur !

Par le don de l’Esprit Saint, Délivre-nous, Seigneur !

 

Nous qui sommes pécheurs, De grâce, écoute-nous !

Pour qu’il te plaise de faire vivre de ta vie ceux que tu appelles au baptême, De grâce, écoute-nous !

Pour qu’il te plaise de sanctifier cette eau d’où naîtront pour toi de nouveaux enfants, De grâce, écoute-nous !

Jésus, Fils du Dieu vivant, De grâce, écoute-nous !

 

Ô Christ, écoute-nous ! Ô Christ, écoute-nous !

Ô Christ, exauce-nous, Ô Christ, exauce-nous !

 

 

- Bénédiction de l’eau

 

- Profession de foi :

avec toute l’assemblée

 

 

- Baptême

R/ Tu es devenu enfant de Dieu

      Et frère/sœur de Jésus alléluia !

      Aujourd'hui l'esprit repose en toi

      Et chante alléluia !

 

 

- Confirmation

R/ Ô Seigneur envoie ton esprit

     qui renouvelle la face de la terre.

 

- Aspersion

J'ai vu des fleuves d’eau vive, Alléluia, Alléluia !

Jaillir du côté du temple Alleluia, Alleluia !

 

J’ai vu la source du temple Alléluia, Alléluia !

grandir en un fleuve immense Alléluia, Alléluia !

 

Tous ceux que lave l’eau vive Alléluia, Alléluia !

Acclament et chantent ta gloire Alléluia, Alléluia !

 

Ton coeur, Jésus est la source Alléluia, Alléluia !

d’où coule l’eau de la grâce Alléluia, Alléluia !

 

Prière universelle

Ô Christ Ressuscité, exauce-nous !

 

1/ Seigneur, nous te prions pour les nouveaux baptisés de Pâques, et en particuliers pour Virginie présente au milieu de nous : que remplis et affermis par ton Esprit Saint, ils aient à cœur de continuer leur cheminement dans des communautés fraternelles et accueillantes.

 

2/ Seigneur, nous te présentons ceux et celles qui doutent de la vie, de l’espérance, de toi : qu’ils découvrent la force de ta Résurrection qui donne la vie en abondance.

 

 

3/ Seigneur, nous te prions pour ceux qui annoncent aujourd’hui ta Bonne Nouvelle : qu’ils en témoignent en toutes circonstances par leurs paroles et par leurs actes.

 

4/ Seigneur, nous te prions pour notre communauté unie par la joie pascale : permet que nous osions partager cette joie autour de nous et ainsi grandir dans la vie fraternelle et le service des plus pauvres.

 

OFFERTOIRE

instrumental

Sanctus

Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu de l’univers (bis).

 

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

Hosanna au plus haut des cieux, Hosanna au plus haut des cieux.

 

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Hosanna au plus haut des cieux. Hosanna au plus haut des cieux.

Hosanna (au plus haut des cieux), Hosanna (au plus au des cieux), Hosanna.

 

Anamnèse

Proclamons le mystère de la foi...

 

Gloire à Toi qui étais mort, Gloire à Toi qui es vivant,

Notre sauveur et notre Dieu, Viens Seigneur Jésus. Viens Seigneur Jésus.

Viens Seigneur Jésus.

 

Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses,

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation

mais délivre-nous du Mal.

 

Car c’est à Toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire

pour les siècles des siècles.

Amen.

 

Agnus dei

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.

Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, donne-nous la paix.

 

chant de communion

1. Notre Dieu s'est fait homme pour que l'homme soit Dieu,

    Mystère inépuisable, fontaine du Salut.

    Quand Dieu dresse la table, Il convie ses amis,

    Pour que sa vie divine soit aussi notre vie !

 

2. Le Seigneur nous convoque par le feu de l'Esprit

    Au banquet de ses noces célébrées dans la joie.

    Nous sommes son Eglise, l’épouse qu'il choisit,

    Pour vivre son alliance et partager sa vie.

 

3. Merveille des merveilles, miracle de ce jour !

    Pour nous Dieu s'abandonne en cette Eucharistie.

    Chassons toute indolence, le Christ est parmi nous,

    Accueillons sa présence et offrons-nous à lui.

 

4. Dieu se fait nourriture pour demeurer en nous,

    II se fait vulnérable et nous attire à lui.

    Mystère d'indigence d'un Dieu qui s'humilie

    Pour que sa créature soit transformée en lui.

 

5. II frappe à notre porte le Seigneur Tout-Puissant,

    II attend humble et pauvre, mendiant de notre amour.

    Dénudé d'arrogance, sous l'aspect de ce pain

    II se donne en offrande pour demeurer en nous.

 

6. Que nos cœurs reconnaissent en ce pain et ce vin

    L'Unique nécessaire qui surpasse tout bien.

    Ce que nos yeux contemplent, sans beauté ni éclat,

    C'est l'Amour qui s'abaisse et nous élève à lui.

 

chant d'envoi

R/ Il est temps de quitter vos tombeaux

    De sortir du sommeil de la nuit,

    D'aller vers la lumière

    Acclamer le Dieu trois fois Saint !

 

1. Vainqueur de la nuit, Christ ressuscité,

    Tu dévoiles la face du Père.

    Tu es la lumière, tu es notre joie.

    Sois béni, ô Dieu qui nous libère !

 

2. Unis à ton corps, Christ ressuscité,

    Tu nous mènes à la gloire éternelle

    Tu présentes au Père ceux qu'il t'a confiés.

    Sois loué, reçois notre prière !

 

3. Tu donnes l'Esprit, Christ ressuscité,

    Tu déverses les fleuves d'eaux vives.

    Fils aimé du Père tu nous as sauvés

    Gloire à toi, pour ta miséricorde !

 

4. Roi de l'univers, Christ ressuscité,

    Toi qui trônes à la droite du Père.

    Tu viens dans la gloire pour nous relever

    Ô Seigneur que s'ouvre ton royaume !

 

 

2ème chant :

 

R / Alléluia, Alléluia, Christ est vivant, Ressuscité ) Bis

 

1. La pierre du tombeau a été roulée,

    heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés ) bis /R

 

2. En lui se lèvent la justice et la paix,

    heureux ceux qui peinent, ils seront relevés ) bis /R

 

3. Il est le Chemin, la Vie, la Vérité,

    heureux ceux qui cherchent ils seront rassasiés ) bis /R